Beauté passagère

Mains si froides et coeur si abimé, la rue semblait si vide, si glaçante. Sur des talons aiguilles, élégance et volupté. Ce regard lointain si froid m’a tant rechauffé. Au fond de moi, mon âme brûlait. Elle, passant devant moi et moi, imaginant ma vie avec elle, riant, ma vie ne tenant qu’à un fil tenu par de douces mains. L’amour? Je n’en sais rien. Mais c’était un rêve si doux. C’était tant agréable. Comme un coton qui doucement entourait mon coeur de sa douceur… Si seulement je rêvai encore, de ce coeur, de ce corps.
La chaleur envahissante autour de moi d’un coup de vent s’effaça. Mon coeur se serra. A peine un regard plus tard, il ne se trouvait plus une ombre de cette beauté fracassante, simple passante. Chaleur disparue et froid revenu, la rue vide semblait si peu rassurante sans mon Amour de passante.

Publié dans : Mes textes ♥ |le 13 février, 2017 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Nos lectures, nos passions |
Les Poésies De Manuelle Ave... |
Espriterrant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MelonMan
| Lectureaventure
| Amaya & Les Livres